Malfaçons suite à des travaux de rénovation: quelques cas concrets…

Lorsqu’on rénove un appartement, une maison, si on ne réalise pas les travaux soi-même, on fait appel à des entrepreneurs spécialisés.

Les travaux se passent souvent bien, heureusement… mais, parfois pas… on remarque des vices, des malfaçons plus ou moins importantes.

Dans un premier temps, on va d’abord avertir l’entrepreneur responsable et lui demander réparation.

Si il ne répond pas ou nie les désordres, avant d’entamer une procédure devant le juge, on peut faire constater ces vices par un expert indépendant.

De cette visite d’expertise, un état des lieux, une photographie des travaux vont être rédigés avec photos et commentaires.
Ce rapport, reprenant les malfaçons, va servir de base à une rencontre entre les parties qui mènera souvent à un accord à l’amiable.

Si, malgré ça, ce différent se transforme en procédure, ce rapport servira de base aux avocats pour introduite la citation.

Voici une compilation des malfaçons rencontrées ces derniers mois…

Certaines prêtent à sourire… Mais il ne faut pas oublier ce genre de déboires peuvent amener à des situations dramatiques tant financières que personnelles…

  • Boite de dérivation contournée par l’étanchéité… Membranes mal placées, pas de protection sous l’isolant de la façade, pas de solins, pas de coude pour la descente…

  • Afin de rectifier l’angle de ce coin douche, l’entreprise place une plaque de Gyproc entre la membrane d’étanchéité et les carrelages de la douche!

  • La pose de mosaïque demande un certain savoir-faire…

  • Finition et découpe de la plinthe en onglet…
    Les autres plinthes sont découpées de la même façon.
    Et cela dans un hall d’entrée!

  • La gouttière est noyée dans l’isolation et le crépis…

    Infiltrations derrière l’isolant garanties!

  • Plan de travail pas ajusté à son meuble…
    ou le meuble n’est pas ajusté au plan de travail…
    Pourtant, tout a été commandé en même temps!

  • Charnière / paumelles placée hors de leurs emplacements dans l’ébrasement.
    Un peu de silicone « miracle » pour masquer…
    La porte est aussi hors-équerre et avec un jour important…

  • L’habillage gyproc hors-niveau…
    L’horizontalité n’est pas respectée non plus…

  • Les lambris sur ce plafond ce sont désolidarisés de la structure…
    L’absence du joint de dilatation périphérique est en cause.

  • La cornière d’angle de cette façade rouille…le métal se dilate, le crépis se décolle augmentant encore les infiltrations…

    Emploi d’une cornière intérieure en lieu et place d’une cornière inox ou PVC?

  • Sur ce plancher, pas de joint périphérique et les planches ont été clouées sur leurs faces!

    Dans les règles de l’art, on les cloue à la base du tenon ce qui les rend les clous invisibles…

  • Dans cette cuisine, une dalle en béton devait être placée sur la terre battue.

    En réalité, suite à nos recherches, pas de visqueen (feuille plastique), pas de béton armé mais une simple couche de ciment de 2cm d’épaisseur…

    Pourtant, le client a payé pour cette dalle armée.

  • Tuyau et raccord à visser Alpex Multicouches noyé dans la chape…

  • Utilisation de lattes à panne en sapin comme structure portante pour une terrasse!