Murs secs* ou murs humides*, qui isole le mieux?

Lorsque je visite des maisons ou des appartements dans le cadre d’une certification PEB, je suis souvent avec les propriétaires.

Nous échangeons, nous discutons… ils m’apprennent beaucoup sur leurs biens!

Ceux-ci veulent, évidemment, la meilleure note pour leur certificat PEB dans le but de mieux le vendre ou mieux le louer. Les avantages d’une bon certificat sont importants.

Les questions, lors de ces visites, sont nombreuses afin d’optimiser ce classement PEB!

Une des questions qui revient souvent est celle-ci : Pourquoi un mur cimenté ou recouvert d’un bardage a un meilleur coefficient thermique qu’une brique nue?

Mur avec bardage – Mur “sec”*

Le logiciel de calcul pour le certification PEB se base sur ce constat: la conductivité thermique d’un mur humide est plus élevée qu‘un mur qui est sec…
Dès lors, si l’écart de température est élevé entre l’extérieur et l’intérieur, si le mur est humide ou mouillé, le froid ou le chaud passera plus facilement d’un côté à l’autre.

Pourquoi un mur humide transmet plus le froid qu’un mur sec?

Pour expliquer ce phénomène, prenons un exemple très simple: il fait 19°c, vous êtes dehors en t-shirt. Vous n’avez pas froid.
Maintenant, j’arrose votre t-shirt. Votre « enveloppe », votre t-shirt se trouve maintenant mouillée… et vous allez avoir froid!

Votre t-shirt est comme le mur de votre habitation: si il est mouillé, au lieu de retenir votre chaleur corporelle, il l’a disperse, il y a une déperdition importante. De plus, le vent va accélérer cette sensation de froid.

Mur en brique nue – Mur “humide”*

Murs secs VS murs humides

Une maçonnerie en brique ou pierre nue est en contact direct avec l’extérieur et lors de pluies, il va s’humidifier -> il sera moins isolant.
A contrario, un mur recouvert d’un bardage ou d’un cimentage, restera sec face aux averses -> il sera plus isolant.

Il y a des limites à ce raisonnement, tout de même. Et pour un cimentage qui est très poreux? ou fissuré ? Et qui laisse passer l’eau?
Lors d’une visite pour la certification PEB, il est impossible de quantifier la quantité d’eau, la porosité du matériaux. Le certificateur ne pas tenir compte de la qualité du revêtement, non plus.
Et donc, le certificateur doit prendre une règle, qui peut parfois paraître arbitraire: déterminer si on a un mur “sec”* ou un mur “humide”* même si des éléments tangibles et visibles pourraient changer le caractère de ce mur.

* dans le jargon des certificateurs, on ne parle pas de “mur sec” ou “mur humide” mais de maçonnerie “apparente” ou “non apparente”. La maçonnerie apparente est le mur “humide” car non recouvert par un cimentage ou un bardage.