dégat sur chantier humidité

Malfaçons sur chantier: utilisation d’un mauvais mortier de jointoyage

Les travaux contre l’humidité ascensionnelle imposent, souvent, de faire des trous dans les bas des murs afin d’y injecter un produit hydrofuge. L’objectif est de créer une barrière chimique à la base de la maçonnerie pour bloquer les remontées capillaires.

Une fois le produit injecté, que ce soit du gel ou un produit liquide, il faut reboucher les trous.
C’est impératif à l’extérieur lors de pluies, il faut évidemment empêcher l’eau de rentrer dans le mur ce qui ruinerait les travaux entrepris.

Lors de la visite de ce chantier à Wavre, dans le cadre d’une missions de suivi de chantier, j’ai été très surpris de la manière dont les trous avaient été rebouchés!

Esthétiquement, c’est une catastrophe!

De plus, on dirait qu’il y a eu deux tentatives: une première avec un produit liquide, genre colle de carrelage, et la deuxième, avec un mortier… mais pas de la même couleur.

C’est dommage car terminer un chantier de cette manière discrédite les travaux entrepris: A t’on injecté le bon produit? Il y a t’il eu suffisamment de produit injecté dans le mur? Quid du dosage du produit?

Suite aux dégâts, le client doute légitimement des travaux et réclame une nouvelle injection ainsi qu’une remise en état… Ça implique un sablage des briques avec un rejointoyage (peut-être même le remplacement de certaines briques).

Tout ça pour un sac de mortier gris manquant… quel gâchis!