Élimination d’une mérule à Anderlecht (Bruxelles)

Quelques photos et explicatifs réalisées lors d’un suivi de chantier de traitement de mérule à Anderlecht (Bruxelles).

Il s’agit d’un appartement situé en demi sous-sol.
Au premier, on retrouve le séjour, la salle à manger et la cuisine
Au sous sol (à moitié enterré), on a les chambres et la salle de bain.

On rencontre de plus en plus ce genre de configuration en milieux urbains. Les grandes habitations sont divisées en appartement, le rez et le -1 est transformé en souplex.

La question principale était de trouver la source d’humidité qui a causé la présence de ce champignon.

Quel est la cause de la présence de cette mérule (Serpula lacrymans)?

La formule « gagnante » pour la mérule (Serpula lacrymans) est:

humidité importante et continue
+
endroit confiné / peu de circulation d’air, peu de ventilation
+
présence de cellulose (bois, papier, carton)
+
température de + de 15°c
=
tiercé gagnant pour qu’un champignon se développe!

Dans ce cas-ci, derrière les lambris, tous ces paramètres sont réunis!

Lors de l’expertise, la première chose à faire était l’analyse et la recherche de l’humidité.

Après vérification des descentes et arrivées d’eau ainsi que les tuyauteries de chauffage, il faut passer à la structure du batiment.
Pour cela, la bombe à carbure est l’outil idéal.

Les murs et le sol avaient des taux élevés en humidité:
8,8% – 10,9% et même 14% (la référence étant de 5%).

Cette présence d’humidité dans les murs et le sol n’est pas exceptionnelle, on est sous terre. Par contre, c’est beaucoup trop élevé pour y poser des revêtements comme des lambris, du plâtre, des planchers…

Un spore de mérule s’y est déposé et grâce à la combinaison d’humidité, d’absence de ventilation et le bois, il s’est développé et a attaqué tout le niveau en progressant derrières les boiseries.

L’attaque a été foudroyante vu la présence importante de bois (de plus, du sapin ou pin).

Lors de ma visite, les travaux de dépose et évacuation sont en cours. Ceux-ci ne peuvent se faire qu’après une pulvérisation totale des lieux par le fongicide.

On voit bien sur la photo la pourriture derrière les planches ainsi que le côté « pleureur » de ce mycelium
Mérule = Serpula lacrymans -> « lacrymans » =  pleureuse

Heureusement, l’attaque se limite à l’appartement de la cliente. Heureusement, il n’y a pas de trace chez les voisins.
Il faudra tout de même réaliser une pulvérisation de fongicide en plus du traitement par injection des murs mitoyens.

Quelle suite à ces travaux?

Le traitement va durer quelques jours. Après cette « désinfection », le travail d’étanchéité commencera.
Quand celui-ci sera terminé, les travaux « esthétiques » comme le plafonnage, pose de plancher seront entrepris.